culture

Journée mondiale « Rolihlahla -Nelson- Mandela » : hommage à sa lutte pour notre liberté

Hello les Amis,

On se retrouve en ce mardi 18 juillet 2017 pour un article spécial, consacré à Monsieur Nelson Mandela. Pourquoi aujourd’hui plutôt qu’un autre jour ? Simplement parce qu’aujourd’hui, c’est la journée mondiale Nelson Mandela. Aussi, j’ai choisi d’en profiter pour parler brièvement de ce cher monsieur.

On a tous et toutes entendu ce nom et on sait tous plus ou moins des choses sur lui. Je me propose de lui rendre hommage en rappelant le pourquoi du comment il a marqué notre histoire. Promis, je ne rendrais pas cet article relou.

Nelson Mandela smile

Il est né le 18 juillet 1918 (ce serait donc son anniversaire aujourd’hui !) dans le village de Mvezo en Afrique du sud. Son nom de naissance était Rolihlahla Mandela. Son prénom signifiait, entre autre, « fauteur de trouble » en isiXhosa, ce qui, selon moi, était plutôt bien trouvé vu son vécu et les événements qui ont marqué sa vie. En somme, son père avait plutôt vu juste en le nommant ainsi. A croire qu’il était prédestiné !

Il appartenait au clan Madiba et faisait partie de la tribu Thembu qui, elle-même, était issue de l’éthnie Xhosa (seconde nation la plus importante d’Afrique du Sud après les Zoulou).

Il a grandi en entendant les histoires de ses ancêtres qui ont œuvré pendant les guerres de résistance, ce qui lui a donné très tôt l’envie d’apporter sa propre contribution à la lutte pour la liberté de son peuple.

C’est lorsqu’il est entré à l’école primaire, que l’une de ses maîtresses lui a donné le prénom « Nelson » car il était de tradition de donner aux enfants allant à l’école un prénom chrétien et à consonance plus « occidentale ». C’est d’ailleurs le nom sous lequel il a été réellement connu dans le monde occidental (personnellement, je n’avais jamais lu dans un livre en lien avec l’apartheid*, pendant mes cours, son prénom de naissance). On le connaissait également sous l’appellation de « Madiba » (qui est le nom de son clan et que l’on utilise comme marque de respect à son égard).
Poursuivant sa scolarité, il a tenté d’obtenir un master en Art à l’Université ce qui n’a pas abouti puisqu’il a été renvoyé de l’université en raison de sa participation à une protestation étudiante (alors, vous voyez que son prénom de naissance lui allait bien !).
Bien sûr, le Roi de sa tribu était furieux et l’a menacé de lui organiser un mariage arrangé s’il ne retournait pas à l’université. Mais déterminé (et sans doute un peu têtu aussi) qu’il était, Nelson (genre c’est mon pote) s’est enfui à Johannesburg où il est arrivé en 1941 et où il s’est débrouillé pour travailler.
Au final, il a réussi à obtenir un diplôme pour être avocat et montera plus tard, en 1952, le premier cabinet d’avocats Noirs avec son compère Olivier Tambo.

707938-nelson-mandela-quitte-cour-aout

Sa carrière politique a réellement commencé en 1943 puisque c’est la date à laquelle il est devenu membre du Congrès national africain (ANC). Il est rapidement devenu l’un des dirigeants du Congrès où il a mené une réelle lutte contre l’Apartheid*, notamment en menant une grande campagne de désobéissance civile en 1952. En décembre 1956, il est arrêté mais les charges retenues contre lui ne tiennent pas et sera acquitté.

***


*Minute intello : l’apartheid était une politique basée sur la ségrégation raciale en Afrique du sud qui a été mise en place par les Afrikaners, c’est-à-dire une minorité blanche. Aussi fou que cela puisse paraître, cette politique a été institutionnalisée et a ainsi pu être pratiquée légalement de 1948 à 1991. Rien que ça !



Nelson Mandela poursuit son combat en créant une branche armée pour le Congrès national africain (l’Umkhonto We Sizwe) en 1961. Il cherche par là à mener une lutte contre la répression sanglante menée par la police et survenue à la suite d’une manifestation à Sharpeville où 69 protestants non-armés ont perdu la vie le 21 mars 1960. La branche armée du Congrès national africain a mis en place une série d’explosions. A la suite de cela, Madiba a été arrêté une seconde et dernière fois en août 1962 et a finalement été condamné, en 1964, à la prison à perpétuité.

Notre cher ami Nelson a passé 27 longues années de sa vie en prison et sera libéré le 11 juin 1990.

C’est en juin 1991 (quelques petits mois avant ma naissance héhé, mais on s’en fout) que les dernières lois légalisant l’apartheid* ont été abrogées (il était temps, d’autant que de telles lois n’auraient jamais dû exister dès le départ). Autrement dit, cela ne fait que vingt-six ans que ces affreuses lois ont été abrogées… Incroyable.

En 1993, Nelson Mandela reçoit le prix Nobel de la paix et en 1994 il vote pour la première fois (puisque c’est la première élection multiraciale) et devient le premier président Noir d’Afrique du sud (il a fait d’une pierre deux coups ; bien joué l’ami). Il a présidé de 1994 à 1999.

Nelson Mandela - dead

En décembre 2013, il a quitté ce monde torturé et s’en est allé après avoir largement marqué l’histoire de son pays et du monde tout entier.

On se rappelle généralement de Nelson Mandela pour la ferme lutte qu’il a mené contre l’apartheid* et la ségrégation raciale dans son pays. Mais ses actions ont eu des répercussions dans le monde ce qui est non-négligeable dans le contexte dans lequel nous nous trouvons encore aujourd’hui… Aussi, je trouvais pertinent, si ce n’est nécessaire, de rendre hommage à M. Nelson Mandela pour sa contribution à l’histoire.


Vous pouvez me retrouver sur :
Instagram, Facebook, Pinterest, Twitter et Hello Cotton.

Curly Hecstulï - signature

Publicités

2 commentaires sur “Journée mondiale « Rolihlahla -Nelson- Mandela » : hommage à sa lutte pour notre liberté

    1. Coucou !
      Ton commentaire me fait très plaisir. Je suis contente que l’article t’ai plu. Ce n’est pas évident de rendre hommage à une figure historique en relatant son histoire sans rendre cela trop rébarbatif. Mais je trouve que c’est important. L’hommage et le rappel des faits sont nécessaires parce que lorsque l’on voit la société d’aujourd’hui, je crains que l’on ne retombe dans les travers d’antan. Rappeler que des personnes se sont battues, voire sacrifiées, pour notre liberté est fondamental.
      Je suis ravie que mon article soit lu et apprécié.
      A très vite,
      Bisous

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s