Je suis susceptible


Eh oui, je suis ce genre de personnes qui prend la mouche assez facilement quand on m’a fait une remarque et que celle-ci ne va absolument pas dans mon sens (j’dis « absolument pas » pour faire genre ; en vrai, il suffit même d’un tout petit peu). Bien sûr, il faut nuancer. Je ne suis pas non plus la meuf (totalement) relou qui pourrit l’ambiance dès qu’on lui dit quelque chose. Les blagounettes et autres taquineries n’ont pas raison de mon humeur (pas si souvent que ça en tout cas…).

Dans mon entourage, tout le monde ne sait pas vraiment que je suis susceptible parce que je suis également cette personne qui garde pas mal de choses pour moi (sauf ici, il n’y a pas de cachotteries entre nous, n’est-ce pas ?) et que j’ai toujours (mais genre, vraiment toujours) été comme ça. Imagine l’embrouille. La meuf ne supporte pas qu’on lui fasse des remarques mais se contente de bouillir intérieurement… Voilà voilà. Et puis avec le temps, je commence à dire ouvertement que je suis quand même assez susceptible (histoire de préparer le terrain au cas où, comme ça ils ne pourront pas dire que je n’avais pas prévenu et qu’ils ne savaient pas -en sachant que « ils », c’est les autres-). Par contre, je n’ai pas l’impression d’être excessivement susceptible, mais quand bien même ce serait le cas, je l’assume pour la simple et bonne raison que trop souvent, on fait comme si être susceptible c’est le pire des défauts. Je ne trouve pas, et pourtant j’en connais des gens susceptibles ! Ce n’est pas non plus à ce point invivable, il faut juste savoir s’y prendre avec les gens et ne pas se montrer vexant (mais à la base, c’est comme ça qu’on devrait être avec tout le monde en fait donc bon…). Bon, par contre, je n’ai pas rencontré tous les susceptibles du monde et je sais, au plus profond de moi-même, qu’une personne si susceptible que ç’en est invivable existe quelque part. À cette personne, où que tu sois, paix et courage à tes proches.

Je crois qu’en prenant de l’âge (à croire que je suis la Mamie du village), je deviens de plus en plus susceptible. Si je devais me l’expliquer, ou du moins y trouver une raison, je dirais que c’est sans doute parce que par le passé, je m’en suis quand même bien pris dans la tronche et que je commence à dire stop et à ne plus accepter des remarques désobligeantes. J’ai mis le temps (25 ans quand même) mais enfin, ça vient quand ça vient. Après, j’avoue que si je deviens susceptible, ce n’est pas vraiment par choix et franchement, c’est assez relou parfois (souvent) parce que d’un coup, ton humeur change et il n’y a pas grand chose à faire. Ça te plombe un peu le moral, ça t’agace et au final, bien souvent, tu ne sais pas si tu es plus saoulée par l’autre et sa remarque idiote ou par toi-même et ton changement d’humeur découlant (cause à effet) de ta susceptibilité que tu n’arrives pas à canaliser.

Enfin bon, v’là le délire. Je souffre de susceptibilité récurrente, et j’ignore s’il y a un antidote, mais pire encore, j’ignore si j’en veux un. Ah oui, parce que je ne l’ai pas (encore) dis, mais je suis également cette meuf relou qui ne sait jamais choisir ! Tu sais, la meuf à qui tu dis « tu veux aller là ou là ? » et qui répond « j’sais pas, comme tu veux ». Mais enfin ça, c’est pour une autre histoire, un autre jour. En attendant, Mamie va s’coucher.

À plus les jeunes


Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s