Soin de la Crinière

Les Huiles Végétales Capilaires (partie 2) : Comment choisir une huile végétale appropriée à sa chevelure ?


Huiles végétales


Crinière du jour, bonjour !

Si vous avez lu mon article précédent sur les huiles végétales capillaire, vous savez pourquoi on les utilise, leurs avantages et inconvénients (>ici<). Bon, ok tout ça, c’est bien gentil mais ça ne vous dit pas comment choisir une huile végétale appropriée à votre chevelure.

D’abord, je crois qu’il est essentiel de connaître la composition de l’huile pour savoir si elle sera ou non appropriée à votre cheveux ; ensuite, je vais passer en revue quelques huiles végétales qui ont de grandes propriétés bénéfiques pour nos chevelures ; enfin, je vous donnerais des petits conseils et astuces sur la manière d’utiliser les huiles pour en tirer le meilleur profit. Alors suivez-moi, on y va !

Comment choisir son huile végétale capillaire ?

Pour bien choisir son huile végétales, plusieurs choses sont à prendre en compte, notamment leur composition et leurs caractéristiques.

Concernant la composition, il faut toujours vérifier l’étiquette des produits sur lesquels doivent apparaître des mentions indispensables pour s’assurer de bénéficier de toutes les propriétés de l’huile, sans quoi vous aurez certes un corps gras mais celui-ci sera dénué d’effet curatif :

« Huile vierge » : on recherche une huile obtenue par des procédés mécaniques, sans raffinage industriel et sans ajoutes chimiques. On cherche du naturel, du naturel et encore du naturel !

« De première pression à froid » : cela signifie que les résidus n’ont pas été réchauffés pour obtenir davantage d’huile ;

« Label bio » : c’est au libre choix de chacune, mais je recommande personnellement de s’assurer de la présence de cette mention car elle garantit l’absence d’engrais, d’herbicides ou pesticides chimiques. Il faut savoir que ces éléments chimiques sont solubles dans les corps gras donc dans votre huile. La conséquence est qu’en l’absence de ce label bio, vous vous retrouverez certainement « soigner » vos cheveux avec des huiles gorgées de pesticide. Bof bof hein ?

Naturellement, les huiles végétales sont composées d’acides gras saturés et d’acides gras insaturés. Selon sa structure moléculaire, le pouvoir pénétrant de l’huile dans la fibre capillaire va varier et donc son action sera différente sur le cheveu, surtout si le cheveu est très poreux. C’est donc autant de critères à prendre en compte lorsque vous choisissez votre huile.
Si votre cheveu est très poreux, il va absorber trop d’huile et donc devenir gras, terne et mou, et vous constaterez que vous aurez beaucoup de frisottis et des nœuds. En plus de cela, il vous sera difficile de retirer l’excès d’huile et donc il faudra recourir à un shampoing détergent qui va déshydrater votre cheveu et abîmer sa cuticule. Totalement contreproductif donc.
Il faut aussi noter que certaines huiles ne pénètrent pas la fibre du cheveu et donc restent à la surface, sur la cuticule. Vous aurez donc la sensation d’avoir le cheveu gras ou collant, ce qui est très désagréable.

Le meilleur conseil que je peux vous donner quant au choix de votre huile végétale, c’est de tester diverses huiles en petite quantité et observer la réaction de vos cheveux. Une fois que votre huile est trouvée, relevez sa composition en acides gras. Cela vous permettra de déterminer avec précision les besoin de vos cheveux.

Quelles sont les huiles végétales capillaires ?

Je me propose de vous lister les principales huiles végétales capillaires. Cette liste est non-exhaustive.

Beurre de karité : c’est un « beurre », plutôt qu’une huile végétale mais cette texture très dense est un hybride entre la cire et une huile grasse. Ses actifs pénètres la fibre capillaire, il est riche en vitamines (A, D, E et F notamment) ; il nourrit en profondeur le cheveu sec et abîmé ; il apporte douceur et élasticité au cheveu et protège des UV.
Il est conseillé pour les cheveux épais. Pour les cheveux fins, il peut également être utilisé mais il vaut mieux le mélanger en petite quantité avec un conditionneur.
À utiliser en masque capillaire avant shampoing, en soin nourrissant et réparateur des cheveux secs ou « afro » et en baume capillaire quotidiennement pour donner de la brillance.

Huile d’argan : riche en omega 6 et 9, en vitamine E et en antioxydants, elle est efficace pour lutter contre le vieillissement des cheveux et protéger contre les rayon UV et la pollution.
À utiliser sur cheveux secs et abîmés. En masque ou en soin quotidien, elle hydrate les cheveux, augmente la brillance et les rend plus doux.

Huile d’avocat : elle est l’une de rares huiles, comme l’huile de coco, apte à pénétrer le cheveu jusqu’au cortex. C’est un puissant émollient aux propriétés assouplissantes, hydratantes, protectrices et réparatrices pour les cheveux abîmés. Elle enrobe les cheveux d’un film protecteur, fortifie la chevelure et prévient la chute et la casse.
Elle est recommandée pour les cheveux fins comme épais.
À utiliser en baume capillaire pour les cheveux secs et fragiles ; en soin capillaire anti-chute ; ou en crève et masque de soin pour les cheveux cassants.

Huile de carapate : très répandue aux Antilles, elle est utilisée pour le soin des cheveux et réputée pour fortifier, nourrir et réparer les cheveux. Elle tonifie le cuir chevelu et favorise la pousse.
Elle est recommandée pour les cheveux abîmés et maltraités, secs, dévitalisés et ternes. À utiliser en soin réparateur ; au quotidien sur les points fourchues et abîmées.

Huile de coco : c’est une huile légère et très hydratante, riche en acides gras saturés et qui constitue un agent à la fois filmogène et émollient. En effet, c’est l’une des rares huiles capables de gainer la fibre et de pénétrer son cortex pour la renforcer de l’intérieur.
Elle est idéale en soin profond comme en baume coiffant. Avant le shampoing, elle protège la cuticule lors du lavage. Au quotidien, elle apporte de la brillance et de la vigueur.

Huile de germe de blé : c’est une huile très épaisse riche en vitamine E et en acides gras essentiels. Elle est riche et nourrissante. Sa structure moléculaire lui permet d’être absorbée par le cortex ce qui la rend très émolliente et réparatrice pour les cheveux dont la structure interne est abîmée. Cette huile aide aussi à prévenir la perte de cheveux et forme une barrière protectrice contre le soleil et la pollution.
Son utilisation en masque ou en soin capillaire anti-chute vous correspondra parfaitement si vos cheveux sont très secs, cassants ou s’ils sont afro. Elle facilite le démêlage, adoucit le cheveu en lui apportant de la souplesse et en le protégeant des agressions extérieures.

Huile de jojoba : c’est l’huile la plus proche de l’huile naturellement produite par notre corps (le sébum). Elle n’a pas de fonction émolliente car elle ne pénètre pas le cortex du cheveu. Toutefois, elle constitue un agent filmogène en aidant à bien sceller la cuticule capillaire. Elle contient de la vitamine E et des antioxydant qui protègent la structure interne du cheveu.
Pour son utilisation, si vous l’appliquez sur vos pointe, elle va embellir vos boucle en leur apportant de la brillance. Elle facilite le démêlage avant le shampoing. C’est une huile connue pour réguler la production de sébum et aider à désobstruer les pores lorsqu’on l’applique sur le cuir chevelu.

Huile d’olive : c’est une huile légère, parmi les plus riches en vitamine A, B, C et E et en acides gras monoinsaturés. C’est un puissant agent nourrissant et adoucissant qui a des vertus antioxydantes, apaisantes et protectrices face aux changements climatiques et au soleil. Elle fortifie et embellit le cheveu.
À utiliser en masque profond si votre cuir chevelu est irrité ; et en soin avant-shampoing. Elle est parfaite si vous avez les cheveux secs et fragiles.

Huile de ricin : incontournable pour les cheveux crépus, c’est une huile émolliente et lubrifiante, capable d’attirer et retenir l’eau interne du cheveu (elle agit comme un agent « humectant »).
À utiliser en masque capillaire. Notez que le film protecteur qu’elle forme sur le cheveu n’est pas soluble dans l’eau donc son utilisation est à proscrire si vous êtes amatrice du « no poo ». Elle est également connue pour favoriser la pousse des cheveux lorsqu’on l’utilise en massage sur le cuir chevelu.

Je ne vais pas faire le détail de toutes les huiles mais il en existe encore énormément, comme l’huile de sapote, de sésame, de Yangu, d’amla, d’onagre, de nigelle, de courge, de chanvre, de camélia, de bourrache, de baboab, etc. Si vous en connaissez d’autres qui vous semblent essentielles, je serais ravie que vous m’en fassiez part.

Comment bien utiliser les huiles végétales ?

• De préférence, sur cheveu sec car comme nous l’avons vu, l’huile est un agent filmogène qui vise à protéger, entre autre, de la pénétration de l’humidité et de l’eau dans les écailles. Donc vous voyez le manque de logique à mouiller votre cheveux juste avant de le gainer pour empêcher l’eau de pénétrer dans sa fibre.

• Sur cheveu propre ! Eh oui, l’huile a tendance à absorber toute la poussière donc je vous conseille de vous assurer de la propreté de vos cheveu avant d’appliquer l’huile.

• Essentiellement sur les longueurs desséchées plutôt que directement sur le cuir chevelu. Repérez les parties de votre chevelure qui ont besoin d’être soignées et réparées pour éviter de saturer vos cheveux en huile et avoir un effet contreproductif.
Un massage sur le cuir chevelu avec la bonne huile (quelques gouttes seulement) peut être très bénéfique. Mais il faut faire attention à ne pas boucher les pores ou encrasser le crâne et donc l’empêche de respirer.

• C’est selon la nature de votre cheveux que vous utiliserez votre huile. Si vous avez les cheveux fins, préférez faire votre soin à l’huile avant votre shampoing doux pour ne pas que vos cheveux soient saturés en huile. Dans ce cas, l’huile sert de soin avant-shampoing.
Si vous avez les cheveux plus épais, vous pouvez faire le soin après le shampoing, comme soin hydratant leave-in (mais faites attention à en mettre raisonnablement, pas trop, juste assez).

• Pour la température de l’huile, c’est à votre convenance. Soit à température ambiante, soit légèrement réchauffé au bain marie pour réaliser un bain d’huile. Cela facilite la pénétration dans le cheveu (si c’est une huile capable de le faire, pour le savoir, je vous renvoie aux huiles végétales précitées) en réduisant la quantité d’huile appliquée.
Toutefois, il faut faire attention car la chaleur peut endommager le cheveu et peut aussi faire disparaître certains actifs (acides gras, vitamines, etc.).

• L’huile peut être utilisée pure ou émulsionnée avec d’autres ingrédients, cela va encore une fois dépendre de la nature de vos cheveux et de leur réaction face à l’huile que vous leur présentez.

• Il peut être intéressant d’associer l’huile végétale des agents humectants comme la glycérine, le miel ou l’aloe vera.

• Réaliser un mélange d’huiles végétales permet d’enrichir leurs vertus respectives et d’accroître leur efficacité curative car l’huile parfaite n’existe pas.

L’utilisation d’huiles à bon escient, combinée avec un massage doux du crâne est une combinaison gagnante !
Notez que pour rincer facilement un soin à base d’huiles végétales, il est possible de rajouter au masque un humectant comme le gel d’aloès, connu pour tonifier, gainer et hydrater les cheveux.

Maintenant que vous savez tout, je vous laisse à vos soins et vous dis à très bientôt les amies, pour de nouvelles aventures !

• Curly Hecstuli •


Publicités

8 commentaires sur “Les Huiles Végétales Capilaires (partie 2) : Comment choisir une huile végétale appropriée à sa chevelure ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s